Le miracle de l’émerveillement

//Le miracle de l’émerveillement

Le miracle de l’émerveillement

DECOUVRONS LA CHRONIQUE DE CE 31 MAI 2019

Ecoutons la chronique juste ici

 

Le PDF en téléchargement

http://lnx.fondation-afrique-esperance.org/wp-content/uploads/2019/05/Le-miracle-de-lémerveillement.pdf

 

Lire l’intégralité de la chronique

Le miracle de l’émerveillement

« En ces jours-là, Marie partit et se rendit en hâte vers la région montagneuse, dans une ville de Juda. Elle entra chez Zacharie et salua Elisabeth. Et il advint, dès qu’Elisabeth eut entendu la salutation de Marie, que l’enfant tressaillit dans son sein et Elisabeth fut remplie de l’Esprit-Saint. »

La péricope lucanienne Lc 1, 39-56, dont nous avons ainsi écouté un extrait, présente Marie en route, rapidement vers une montagne de la ville de Judée. Elle court se réjouir avec sa cousine Elisabeth, non d’abord de ce qu’elle ait été choisie comme Mère de Dieu, mais de ce que Yahvé a déjà réalisé dans la vie d’Elisabeth.

Bénéficiaire d’une grâce aussi inouïe, devenir la Mère du Sauveur, Marie ne pouvait la garder pour elle seule. Elle met la grâce en action ; c’est l’action de grâces. Ayant appris les merveilles de Dieu dans la vie d’Elisabeth, elle ne pouvait ne pas s’en émerveiller. Ce double motif de joie la met en route avec empressement. Contemplons alors les pas agiles de cette splendeur toute immaculée choisie par Dieu, cheveux blonds au vent, sauter dans les montagnes, le cœur baigné par l’émerveillement de Dieu qui se souvient de son peuple.

La grâce de cette mission portée par et dans l’émerveillement est ineffable : Jean-Baptiste tressaille d’allégresse dans les seins jadis ‘‘secs’’ d’Elisabeth. Celle-ci porterait-elle encore quelque doute sur ce qui lui était arrivé ? La présence de Marie dissipe tout doute et lui donne désormais pleine conscience et forte confiance que ce qui était resté longtemps comme mort non seulement a repris vie, mais porte désormais la vie. La présence de Marie médiatise la rencontre entre les deux plus grands enfants que notre terre ait jamais portés : le Précurseur bondit de joie à la rencontre du Sauveur. Mystère de Dieu ! La présence émerveillée de Marie déclenche l’émerveillement d’Elisabeth. Marie continuait-elle, elle aussi, à se demander : « Comment cela va-t-il se faire » ? La salutation d’Elisabeth confirme l’annonce de l’Ange : « Bénie es-tu entre les femmes, et béni le fruit de ton sein ! Et comment m’est-il donné que vienne à moi la Mère de mon Seigneur ? (…) Oui, bienheureuse celle qui a cru en l’accomplissement de ce qui lui a été dit de la part du Seigneur ! ». L’émerveillement produit l’émerveillement, à une mesure sans mesure de l’effort.

Qu’est-ce donc l’émerveillement ? C’est la capacité d’admiration et d’étonnement devant les merveilles de Dieu, devant les merveilles que constituent les autres, devant les merveilles de la création. L’émerveillement nous décentre de nous-mêmes et nous projette au cœur d’un acte de foi et de reconnaissance pour apprécier les œuvres de Dieu pour soi par les autres et pour les autres par soi et s’en réjouir.

Marie de la visitation et Elisabeth visitée, apprenez-nous la grâce de l’émerveillement ! Nous en avons tant besoin ! Sans l’émerveillement, nous n’avons pas d’avenir ni individuel ni collectif, malgré les accumulations de biens ou les taux de croissance. Sachons alors admirer le bien, le beau, le vrai d’où qu’ils viennent et chez quiconque en est témoin !

By |2019-05-31T16:43:54+00:00mai 31st, 2019|Actualité|0 Comments

About the Author:

Leave A Comment